Faux semblants

Si la séduction passe par de nombreux apparats : maquillage, tenue, accessoire, posture…. Il est question par dessus tout de seduction. Les attributs mis en avant pour séduire l’autre, parfois pour se séduire soi même. Car la question de seduction peu aussi se poser sur soi. Comment se seduire, comment se plaire, se retrouver ? En prenant soin de soi, une thérapie fort agréable mais parfois délaissée. Ainsi le regard des autres change et notre idee du soi également. Et si le réconfort d’une belle étoffe, de soie, pouvant redonner de son propre soi. Séduire son propre corps c’est savoir se plaire.

dessous2

dessous

plume

Share on FacebookPin on PinterestShare on TumblrTweet about this on TwitterEmail this to someone

Show Shoes

Mettre les pieds dans le plat. Directement arrivé, comme un cheveux tombé de nul part. Se parer de la tete au pied, ne peux que finir (ou commencer?) par ses petits petons. Si l’on prend l’expression se parer au pied de la lettre, il en va de soi que qu’il faut avoir les pieds sur terre.

1

Robert et Shana Parke Harrison
Robert et Shana Parke Harrison

Pour assortir ses pieds à sa tete , sans perdre la tete et sans faute de gout, faute de ne plus etre raccord. Etre passionnée, à tue tete, a en perdre la tete. Prendre son pieds à multiplié les parures en comme une multitude de combinaison qui serait la, pour nous casser les pieds, à ne plus savoir sur quel pied danser. Et si quelqu’un ne me coupe pas l’herbe sous le pied, c’est à jamais que je changerais mes parures de pied. Une fois partie, me voila bien chaussé, avec de beaux soulier, et une épine du pied ôtée.

Chanel SS15
Chanel SS15
Share on FacebookPin on PinterestShare on TumblrTweet about this on TwitterEmail this to someone

Amour propre

1

Questions égocentriques, tourner autour de la question de soi, face à l’autre, face à soi. Comment s’assoir sur ses idée, sans pour autant s’éteindre à petit feu ? La vie avec autrui est complexe, et plus encore lorsque l’égo est le troisième colocataire. Prendre de l’avance sur son soi intérieur en prenant du recul, et ne pas prendre les choses pour soi … Voila un travail fascinant, celui de toute une vie. Pour certains, la question n’a pas lieu d’être. Pour d’autres elle est récurante. Ou se situer ? Ou et quand sonner la limite, l’alarme qui déclenche alors de tumultueuses discussions. Quelle est la limite pour mon amour propre, que celui ci se développe sans restreindre celui de mon coéquipier. L’art de prendre sur soi. Son soi intérieur est riche et plein de surprises, il saura alors parfois comment rester à sa place. Parfois moins, il sera alors s’usage de savoir prendre les foudre de l’égoiste, qui fait partager son savoir, un savoir faire qui n’est pas donné à tous. Sonner les esprits rêveurs, pour leurs donner du sens et de la raison… Une envie utopique qui perd tout son sens. Je fais le premiers pas vers d’autres horizons, afin de ne frustrer aucun égo. Continue de rêver, je te laisse tes écoutilles, et moi je garde mon masque. Bonne nuit.

2

Share on FacebookPin on PinterestShare on TumblrTweet about this on TwitterEmail this to someone

Money Money

unnamed-12
Bagues créés en monnaies danoises et laiton, dorées à l’or fin.

Si l’argent ne fait pas le bonheur, l’or lui fait briller, étinceler mille mots. Chaque objets, même une pièce de quelques cents, avec un coeur en son centre, pour lui donner un air un peu crédule, se veut alors parer d’une certaine responsabilité. Celle d’incarner le luxe. De l’or dans ces pièces Danoise de « 50 coeurs ». Oui j’invite la dame de coeur à décorer des doigts, qui ne demande qu’un peu de monnaie, pour finir les fin de mois difficile, je vous envoie ces grosses médailles dorées, qui par ailleurs, venue d’ailleurs portent le nom « d’ore », si ce n’est pas un signe.

 

Share on FacebookPin on PinterestShare on TumblrTweet about this on TwitterEmail this to someone

Se definir

adorable cooples

Se définir en un mot, en un dessin. Un ou des dessins pour représenter son dessein, son passé, ses bases. Se refaire une histoire, marqué la, comme au fer, comme un tampon indélebile sur la peau, dans la chair pour nous réconforter. Cette chair est alors oeuvre, encore plus cher à mes yeux, puis ensuite aux yeux des autres, parfois dénué d’intérêt ou encore incompris. Cette envie de se marquer, un si cher dessein pour sa peau, si beau, si délicat. Une passion, une envie dévorante, qui reste en place et ne s’efface pas, à jamais pour mieux se souvenir, ou se faire remarquer ? Un marquage certes, un marquage de l’esprit sur le corps, pour montrer qui l’on est, par des codes inventés. Personnifier, personnaliser cette peau, oui, s’approprier encore un peu plus son propre corps. Comme une offrande, un cadeau, ce tout croquis piquant sur épiderme vide. Une enveloppe charnelle réconfortante, aux motifs familiers.

Alice carrier
Alice carrier

 

Share on FacebookPin on PinterestShare on TumblrTweet about this on TwitterEmail this to someone